Et si on parlait d’islamophobie?

Ce vendredi 15 mars, entre 12h et 14h (heure locale), deux mosquées ont été attaquées en Nouvelle-Zélande. Retour sur l’événement et mise au point sur la question de l’islamophobie.

Que s’est-il passé en nouvelle-zélande?

Jacinda Ardern, première ministre néo-zélandaise, considère cet attentat comme marquant l’un des jours « les plus sombres de la Nouvelle-Zélande ». En effet, 49 personnes ont perdu la vie suite à cette attaque et une cinquantaine d’autres en est ressortie blessée. Un témoin de l’acte terroriste raconte que les premiers coups de feu, donnés par un fusil semi-automatique, venaient de l’entrée principale du bâtiment. Les balles ont été tirées de manière aléatoire. En conséquence, la foule s’est mise à courir, s’est cachée derrière des voitures avant de sauter une barrière tout en étant témoins de ceux mourant devant leurs yeux. Cet événement a été transmis en direct sur le réseau social Facebook. Un manifeste a été retrouvé sur internet où Brenton Tarrant, l’auteur présumé du carnage, dénonce l’immigration en la comparant à une « invasion ». Samedi 16 mars, l’extrémiste de droite a été inculpé devant un tribunal néo-zélandais pour meurtre où il a été photographié réalisant un symbole utilisé à travers le monde par les suprémacistes blancs.
Cet attentat se traduit par la manifestation extrême de l’islamophobie.

Alors l’islamophobie, c’est quoi?

Selon le dictionnaire Larousse, l’islamophobie c’est le résultat d’une hostilité envers l’islam et les musulmans. L’islamophobie s’impose alors par des actes, des sentiments, des préjugés, des propos haineux et/ou discriminatoires envers les personnes de confession musulmane, réelle ou supposée. En d’autres termes, l’islamophobie est une sorte de racisme qui s’accroît depuis maintenant quelques années.

Quelles sont les raisons de cette haine?

Dans un chat pour LeMonde.fr effectué en septembre 2013, Stéphanie Le Bars répond aux questions de certains internautes et explique que l’islamophobie prend ses racines en Occident où l’on observe presque un « rejet » de l’islam. Aujourd’hui, il semble que le monde dans lequel nous vivons a peur d’une population immigrée et surtout, non-chrétienne. De plus, suite à la vague d’attentats qui se fait malheureusement ressentir depuis maintenant presque 20 ans, l’islam est bien trop souvent associé à l’islamisme radical.

Comment l’islamophobie se manifeste-t-elle?

L’islamophobie se manifeste généralement de manière discriminatoire. Ainsi, les victimes d’islamophobie sont le plus souvent confrontées à des inégalités. Cependant, cette haine se manifeste également par une violence orale, une violence physique, et par la dégradation de lieux.

Et si tu nous donnais quelques chiffres?

D’après le 15ème rapport annuel du Collectif Contre l’Islamophobie en France (le CCIF) publié le vendredi 15 mars 2019, on recense 676 actes islamophobes en 2018. Cependant, ces chiffres sont faussés en raison du phénomène de sous-déclarations. En effet, des victimes préfèrent ne pas parler des violences morales et physiques qu’elles subissent, occasionnellement ou quotidiennement. Néanmoins, ce chiffre représente 52% d’actes recensés en plus par rapport à l’année 2017. 84% de ces actes sont des discriminations. On constate aussi une islamophobie sexiste puisque 70% des personnes visées sont des femmes.

Comment y remédier?

L’islamophobie, c’est un crime. Comme le racisme, l’antisémitisme ou encore l’homophobie, cet acte est puni par la loi. Pour y remédier, parlez-en autour de vous. Sensibilisez vos proches sur ce sujet. Si vous êtes témoins d’islamophobie, réagissez en apportant votre soutien à la victime. Si vous êtes persécutés en raison de votre réelle ou supposée appartenance religieuse, portez plainte. Veillez également à contacter le CCIF qui sera capable de vous renseigner et de vous guider lors de votre plainte mais aussi dans votre quotidien.

Mes pensées vont aux victimes : celles des attentats mais aussi celles de tous les jours. Ne laissons jamais la haine prendre le dessus sur la liberté. Faisons en sorte de ne plus être habitués à ce genre d’injustices. Réagissons.

Publicités

2 commentaires sur “Et si on parlait d’islamophobie?

  1. Merci pour ce bel article. Espérant que beaucoup de personnes pourront le lire et en prendre les instructions nécessaires…. pour que plus jamais des actes racistes quels qu’ils soient ne se reproduisent ! #coexist

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s